Tour de France 2020

La Haute-Saône accueillera le Tour de France

Samedi 19 septembre 2020

Au terme d’une longue mais nécessaire concertation avec les pouvoirs publics et les instances internationales du monde cycliste, Christian Prudhomme, directeur du Tour de France au sein d’Amaury Sport Organisation (ASO), a officiellement annoncé, mercredi 15 avril, que le Tour de France 2020 aura bien lieu : il commencera samedi 29 août et se terminera dimanche 20 septembre, à la fin de l’été !

Yves KRATTINGER, Président du Conseil départemental,  se réjouit de cette nouvelle, dans ce contexte difficile : « je suis très heureux d’accueillir l’épreuve contre-la-montre Lure – La Planche des Belles Filles, le 19 septembre prochain, de la plus grande compétition cycliste au monde ».

C'est officiel ! La Haute-Saône accueillera le Tour de France le samedi 19 septembre 2020. Contre la montre Lure-Planche des Belles Filles

Le Tour de France aime la Haute-Saône !

Pour ce 5ème passage de la Grande Boucle en Haute-Saône, nul doute que tous les projecteurs seront braqués sur notre territoire avec un contre-la-montre individuel entre Lure et La Planche des Belles Filles, l’avant-dernier jour de la compétition, soit la veille de l’arrivée sur les Champs-Elysées à Paris. Et si les écarts au classement général s’y prêtent, les positions sur le podium pourraient voler en éclats !

Cette année, toute l’étape se jouera sur les routes de Haute-Saône. Christian Prudhomme, directeur du Tour de France, y voit là le possible juge de paix de l’édition 2020 : « les contre-la-montre de fin de Tour sont les moins prévisibles de la discipline. Ils le sont d’autant moins lorsque le tracé propose une montée comme celle de La Planche des Belles Filles ». Sans oublier que les coureurs auront gravi juste avant le col de la Chevestraye, qui usera déjà les coureurs ! L’enfant du pays, Thibaut Pinot, devra lui aussi avoir les jambes solides et le cœur bien accroché quand il aura à traverser son village, Mélisey. Il aimerait sans doute briller ce jour-là, lui qui a dû malheureusement renoncer au Tour en juillet dernier en raison d’une blessure aussi inattendue qu’insurmontable.

Que La Planche des Belles Filles soit l’ultime bataille pour le classement général est une incroyable chance pour la Haute-Saône ! On se prend alors à rêver qu’au matin du chrono entre Lure et La Planche, il y ait deux, voire trois coureurs, dont Thibaut Pinot, qui aient encore la possibilité de remporter le Tour et que tout se joue dans l’ascension finale…

Crise sanitaire Covid-19 : un contexte particulier et inédit

S’il est encore trop tôt pour connaître les conditions exactes dans lesquelles se déroulera le Tour, conditionnées bien évidemment à l’évolution de la crise sanitaire que nous traversons, Christian Prudhomme saura prendre, avec ses équipes, toutes les mesures nécessaires pour que la sécurité des coureurs, du public, des partenaires… soit assurée et que le spectacle sportif soit au rendez-vous. Au Département, toutes les décisions prises par les pouvoirs publics et par l’organisateur seront bien évidemment appliquées.

« Pour les Haut-Saônois, mais également le public suiveur du Tour de France, je souhaite que ce soit un moment de joie et de bonheur, après cette période compliquée que nous traversons actuellement. Notre ruralité, notre Haute-Saône aura d’ailleurs une carte à jouer car, en cette période de crise et de confinement, elle se révèle être un cadre de vie privilégié où il fait meilleur vivre. Elle pourra et saura dévoiler tous ses atouts d’authenticité, de solidarité, d’aménité aux yeux de tous ! » résume Yves KRATTINGER.

Rendez-vous samedi 19 septembre en Haute-Saône pour cette étape 2020 inédite !

Vainqueur de l’étape Mulhouse – La Planche des Belles filles le 11 juillet 2019, le belge Dylan Teuns est revenu sur les lieux de son triomphe le 28 octobre dernier pour une occasion très particulière : il a demandé en mariage sa compagne là où il avait franchi la ligne d’arrivée avec panache. « Je voulais ajouter un autre moment fort à ma saison… elle a dit OUI ! » : cette phrase accompagnait les photos qu’il a postées sur les réseaux sociaux pour partager ce moment de joie.